Le 21 février : Journée Internationale de la Langue Maternelle
u

Les langues sont différentes selon les pays et les régions. Avec le passage du temps, les langues de différents groupes ethniques et communautés minuscules sont en voie de disparition face à l’agression de la civilisation moderne.


Jusqu’à un certain temps, le mouvement pour la langue maternelle était limité autour de la langue et la culture du peuple bengali du Pakistan oriental. Sa langue maternelle bengalie a subi une attaque en 1952. Le gouvernement basé au Pakistan occidental à cette époque avait tenté d’imposer l’ourdou en remplacement de sa langue, le bengali. Cependant, la langue bengalie a pu sauver son honneur grâce aux sacrifices de milliers de martyrs. Le mouvement qui avait eu lieu le vingt et un février 1952 est l’événement le plus significatif de l’histoire du Bengale au vingtième siècle. L’inspiration pour protéger la langue maternelle a finalement donné naissance à un pays nommé Bangladesh. Après environ trois décennies, l’UNESCO a évalué l’esprit du mouvement de la langue maternelle, et a pris des initiatives pour le répandre parmi les autres mouvements mondiaux pour la protection de la langue et la culture. Depuis l’année 1999, le jour des martyrs, le 21 février, a obtenu sa place en tant que Journée Internationale de la Langue Maternelle car elle symbolise l’inspiration pour la protection des langues des groupes ethniques et petites communautés. Grâce à cela, l’appel du mouvement pour la langue de l’année 1952 a pu trouver son caractère aux multiples facettes.


Le groupe des artistes Udichi du Bangladesh en France, ayant compris l’importance de sa langue maternelle en terre étrangère, a pris des initiatives pour s’intégrer avec des peuples d’autres ethnies et origines dans la ville d’Aubervilliers depuis ces dernières années. Grâce à ses prestations culturelles, le 26 juin 2014, l’ancien maire a déclaré la fondation d’un monument permanent consacré aux martyrs sur la terre française, pour la première fois. Nous espérons que les travaux de construction s’achèveront bientôt. L’Ambassade du Bangladesh et les membres de la diaspora bangladaise en France sont reconnaissants envers Udichi pour sa contribution à l’assimilation de la langue et la culture bengalie avec les autres ethnies de notre monde.